Liebster Award : réponse à la nomination de Mike on the Road

liebster awardAprès plusieurs mois d’absence sur le blog, j’ai l’honneur de rédiger le premier article (d’une longue série). L’année dernière, nous avons été nominés au Liebster Award par Mike du blog Mike on the Road. Nous tenons à le remercier pour cette nomination et je vous invite à aller faire un tour sur son nouveau blog Le Monde au Menu.

Et puis, si ce mot barbare à consonance allemande ne vous dis rien, je vous propose de découvrir le principe des Liebster Awards. Je vais ainsi jouer le jeu et répondre aux 11 questions posés par Mike afin de me présenter un peu plus à vous.

C’est aussi l’occasion pour nous de fêter les 2 ans du blog Carnet Solidaire ! Notre blog avance lentement mais sûrement. Nous avons décidé de rédiger les articles à notre rythme afin de garder le plaisir de partager et ne pas le voir comme une contrainte. Mais l’aventure, qui ne fait que commencer, est déjà belle ! Nous avons pu faire de belles rencontres et recevoir des retours gratifiants, ce qui nous motivent grandement à poursuivre le blog.

Alors, profitez de cette série d’articles pour nous découvrir sous nos vrais visages 😉

Quel fut ton tout premier voyage ?

J’ai eu la chance de voyager à peu près toute ma vie. Mes parents m’ont d’abord fait découvrir la France pendant toute mon enfance. Puis mon premier voyage international est arrivé en 2002, alors que j’avais 14 ans. J’ai pu découvrir pendant 3 semaines la Norvège et les joies du voyage (voir Back to Norvège).

Norvege
Back to Norvège (2002) – mon premier grand voyage international à jamais gravé dans ma mémoire

Ton plus long trajet ?

 

30 heures ! C’était le temps qu’il m’a fallu porte à porte pour rejoindre la maison de mes parents en France depuis ma maison au Mexique.

Je trouve les voyages en avion trop stressants. J’essaye toujours de les simplifier au maximum et surtout d’éviter les escales. Je suis prêt à payer plus cher mon billet d’avion pour ne pas avoir à faire une escale par les États-Unis lors de mes voyages au Mexique.

voyage avion aeroport
Je déteste les interminables attentes dans les salles d’embarquement des aéroports

Dans quel pays pourrais-tu te projeter pour les cinq prochaines années ?

En France ! Après avoir vécu près de 3 ans au Mexique, et avoir énormément voyagé pour des raisons professionnelles pendant plus de 4 ans, je souhaitais pouvoir m’installer un peu. La France a ses défauts mais aussi ses richesses. Mon père disait toujours que l’on aurait pas assez d’une vie pour découvrir les richesses de la France. Alors c’est dans mon pays natal que je souhaite vivre les prochaines années.

Mais il y a encore quelques mois nous nous posions encore la question d’aller nous installer au Mexique pour quelques temps. Alors, qui sait où nous serons dans quelques années, en attendant nous venons de nous installer à Lyon pour aller découvrir les Alpes.

lyon nuit
Nous voilà maintenant installés à Lyon, non loin des montagnes des Alpes

Quelle a été l’activité la plus atypique que tu as fait lors de tes voyages ?

De la randonnée sur un glacier ! Lors de notre dernier road-trip en Norvège, nous avons pu nous initier à cette activité outdoor. Ce fut une de mes plus belles expériences lors d’un de mes voyages.

randonnee glacier norvege
Le frisson de la randonnée sur un glacier en Norvège

Quelle langue aimerais-tu parler à la perfection ?

L’English ! Cette langue m’était familière jusqu’à il y a maintenant 5 ans. Je la pratiquais couramment et je n’avais pas de soucis à me débrouiller avec. Et un beau jour, j’ai dû apprendre le mexicain (sorte d’espagnol un peu rustre), en vivant et en travaillant au Mexique. J’ai dû maîtriser à la perfection cette langue et les expressions mexicaines. Je me suis même initié à la langue maya lors que je vivais dans la Péninsule du Yucatán. Et là mon cerveau, m’a très vite rappelé que je n’étais pas fait pour les langues. Lors d’une conversation avec des américains, les connexions se sont mélangées et ma première phrase à donnée ça :

« Hi, how are you ? Quieres tomar una cerveza ? »

Donc j’aimerai pouvoir parler de nouveau l’anglais à la perfection et pouvoir jongler entre ces trois langues que j’utilise régulièrement pour mon travail.

As-tu déjà eu réellement peur en voyage ?

Non, je ne pense pas. La peur est un sentiment qui permet d’appréhender des risques potentiels. Je pense que c’est un excellent atout de pouvoir ressentir la peur. Cela évite de se retrouver dans des mauvaises situations. Il m’est arrivé quelques bricoles en voyage, mais je n’ai jamais été envahit par la peur.

Qu’est ce qui t’as donné envie de voyager ?

Ma curiosité. Depuis le plus jeune âge, je m’intéresse à tout. Je pense que c’est cette soif de découverte qui m’a donné envie de voyager. Peut être aussi une envie de se surpasser. J’aime pouvoir tester mes limites pour mieux appréhender mon corps et mon esprit. Le voyage m’a permis de mieux me connaître et me comprendre.

Quel genre de voyageur es-tu ?

À la fois backpackeur, parfois road-trippeur, ex-expatrié et le plus souvent en mission professionnel, je voyage sans étiquette (à part celle sur mon sac à dos bien entendu 🙂 ). Je n’aime pas coller des étiquettes et ranger les gens dans des cases. Je ne me retrouve pas entièrement dans les définitions de « voyageurs ». Ma vision du « voyage » change au fur-et-à mesure de mes voyages et de mes découvertes.

Au final je considère la vie comme un voyage au long cours. Cela fait maintenant près de 9 ans que j’ai quitté le berceau familial, j’ai vécu dans 6 endroits différents et il m’est même arrivé de ne pas dormir plus de 2 semaines au même endroit pendant près de 2 ans (en moyenne je restais au même endroit 3-4 jours), enchaînant les missions à travers le monde. Alors j’ai compris que la vie était un voyage. Je sais d’où je suis parti, mais je ne sais pas où je serais demain.

Quel est ton rêve le plus fou ?

Développer une ferme / auberge pédagogique ! C’est pour moi un de mes rêves les plus fou ! Cela peut étonner, mais j’aimerai vivre assez simplement et finir par développer mon propre projet après avoir passé plusieurs années à développer ceux des autres. Avoir sa propre ferme / auberge voudrait dire aussi moins voyager, mais au moins le voyage viendra à nous :).

potager
Au Mexique, je sensibilisais les enfants à cultiver leur potager

Quel est ton moyen de transport préféré ? Pourquoi ?

Mes pieds ! J’adore la randonnée et le trekking. C’est le meilleur moyen de découvrir en prenant son temps. J’ai justement rédiger un témoignage pour Terres d’aventure (Terdav pour les intimes) sur ma vision de la marche.

Malgré le stress des aéroports et la pollution engendrée, je préfère de loin l’avion pour les grandes distances. Encore aujourd’hui, après 12 ans à prendre régulièrement l’avion, je trouve encore fou de pouvoir parcourir la terre en quelques heures seulement. Pour autant j’essaye de minimiser mes déplacements en avion, ils sont très souvent d’ordre professionnel, et je compense les émissions de mes voyages en avion en plantant des arbres dans des projets de reforestation.

Sur les moyennes distances, je favorise toujours le train, même si je le déteste pour ses problèmes de ponctualité (surtout en France). Il m’arrive parfois de faire du covoiturage, mais je ne le trouve pas adapté pour travailler pendant le trajet.

Compensation carbone voyage avion
Il est possible de compenser les émissions carbone de nos transports en avion en plantant des arbres.

Y’a t-il un lieu en particulier qui t’as déçu ?

 

Lima au Pérou ! De nombreux amis et collègues péruviens m’avaient vanté les mérites de la capitale péruvienne, en m’assurant que j’allais adoré et que je voudrais m’y installer. Lors d’une mission au Pérou, j’ai rendu visite à des amis et collègues péruviens à Lima afin de découvrir cette ville, apprendre à l’apprivoiser pour y rechercher du travail et voir si la destination me convenait.

Le charme n’a vraiment pas pris. Lima est une ville construite sur un désert, le sable, la poussière et la circulation en fond une ville irrespirable. La moindre verdure devient grise en quelques heures lorsque les pluies se font rares. Et même si il ne pleut pas beaucoup, le soleil n’est pas tous les jours au rendez-vous. La ville est recouvert par un fin brouillard au moins une bonne partie de l’année, ce qui lui donne un air maussade.

Machu Picchu Perou
J’ai détesté Lima, alors que j’ai adoré Cusco et le célèbre Machu Picchu

Découvrez nos nominés et les questions que nous souhaitons leur poser sur la page de notre nomination aux Liebster Award.

[invicta_calltoaction primary_line= »Liebster Award, c’est quoi ? » secondary_line= »Découvrez le principe des Liebster Award » label= »Découvrir » link_type= »page » page_id= »2723″ post_id= »2655″ project_id= »748″ photogallery_id= »2480″ url= »http:// » icon= »icon-eye-open » icon_position= »left » style= »style_3″ css_animation= »top-to-bottom » primary_line_keywords= »Liebster Award » secondary_line_keywords= »Liebster Award »]

Auteur de l'article
Jonathan
Je suis passionné de nature, de voyage et de photographie. À travers ce blog, je souhaite partagez mes expériences de voyage à travers le Monde. Entrepreneur depuis plus de 3 ans, je m'intéresse de très près à l'entrepreneuriat social et aux nouvelles initiatives solidaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-nous sur Instagram

Découvrez nos plus belles photos de voyage